Votons pour l’Équipe Ensemble au CTC en 2021

Bâtissons l’avenir

Le 29 janvier 2017, Alexandre Bissonnette est entré au Centre culturel islamique de Québec avec une arme à feu et a assassiné six fidèles, en blessant dix-neuf autres, peu après les prières du soir.

Ibrahima Barry, Mamadou Tanou Barry, Khaled Belkacemi, Aboubaker Thabti, Abdelkrim Hassane et Azzedine Soufiane ont perdu la vie sauvagement. Cette année marque le quatrième anniversaire du moment où leurs familles ont dû affronter une nouvelle réalité, subir une perte inimaginable. Toutes les communautés musulmanes et tous les Canadiens du pays ont vécu un traumatisme et se rappellent ce geste insidieux de haine.

Aujourd’hui, nous nous souvenons de ceux qui ont perdu la vie, ainsi que des appels des nombreux dirigeants musulmans qui se sont exprimés et qui ont demandé au gouvernement fédéral de désigner officiellement le 29 janvier comme la Journée nationale de commémoration et d’action contre l’islamophobie.  

En tant que membres du mouvement syndical, nous devons lutter sans équivoque contre la suprématie blanche et la rhétorique de division qui sont souvent à l’origine de ces manifestations violentes d’islamophobie. Une guérison profonde est possible en prenant des mesures concrètes pour éliminer cette forme de haine. Mais cela n’est possible qu’en nous engageant à reconnaître cette haine, à la dénoncer et à comprendre pourquoi nous permettons encore qu’elle se manifeste de plusieurs façons. 

Au cours de cette pandémie, on a constaté une augmentation des crimes et des abus racistes motivés par la haine perpétrés à l’endroit des membres de communautés marginalisées, et ce, partout au pays. Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin de leadership de la part des organisations, y compris du mouvement syndical, et de tous les gouvernements pour bâtir un Canada d’inclusion, d’équité et de justice, mais aussi pour démanteler les systèmes et les barrières qui favorisent la haine et l’oppression collective envers les personnes racisées. En tant que dirigeants du mouvement syndical, nous avons un rôle important à jouer dans la promotion de ce changement et nous nous devons de montrer l’exemple.

Ce 29 janvier, nous pleurons les vies perdues, nous nous en souvenons et nous renouvelons notre engagement à lutter contre l’intolérance, le racisme et l’islamophobie sous toutes leurs formes.