Votons pour l’Équipe Ensemble au CTC en 2021

Bâtissons l’avenir

Équipe Ensemble – CTC 2021

Le budget fédéral annoncé lundi par la ministre Freeland comporte des gains importants pour les travailleurs canadiens. Par contre, il fait peu de choses pour s’attaquer aux inégalités économiques croissantes. Du côté positif, on y trouve un engagement concret envers des services de garde à but non lucratif pour les familles canadiennes, avec une enveloppe de 30 milliards de dollars sur cinq ans. Nous savons que l’offre de services de garde à dix dollars par enfant stimulera la participation des parents au marché du travail et bénéficiera à l’économie. Cette excellente nouvelle exigera l’adhésion des gouvernements provinciaux, ce qui signifie que nous devons continuer à exercer des pressions partout au pays.

L’assurance-médicaments a de nouveau été laissée de côté, sans aucun investissement prévu pour concrétiser l’idée d’un régime national. Il s’agit d’une occasion manquée de fournir des médicaments d’ordonnance aux 7,5 millions de Canadiens qui n’ont pas d’assurance-médicaments au travail. Nous savons que l’investissement dans un régime national d’assurance-médicaments doit inclure un formulaire national de médicaments essentiels qui réduirait de 5 milliards de dollars annuellement le montant des dépenses en médicaments d’ordonnance. C’est au cours de la présente pandémie que cela aurait été le plus utile aux travailleurs qui ont perdu ou risquent de perdre leur assurance-médicaments au travail parce qu’ils ont perdu leur emploi.

Le gouvernement fédéral a raté son coup en n’annonçant pas de congé de maladie payé pour les travailleurs fédéraux ou une avenue de collaboration avec les provinces pour accorder des congés de maladie payés. Nous savons que les travailleurs sont à risque lorsqu’ils doivent choisir entre aller travailler et ne pas payer leurs factures. Ces choix ont des conséquences sur nos communautés.

Nous sommes heureuses que les prestations d’urgence de l’assurance-emploi se poursuivent jusqu’en septembre. La réduction du seuil d’admissibilité universel à 420 heures pour l’année prochaine soutiendra les travailleurs qui ont un emploi précaire. Nous avons cependant besoin d’une réforme plus complète de notre système d’assurance-emploi, notamment pour examiner le taux actuel de remplacement du salaire et le cas des travailleurs qui choisissent de quitter leur emploi. Nous nous attendons à ce que ces points soient abordés dans le cadre de la réforme annoncée.

Au chapitre de la réforme fiscale, on est encore loin du compte. Bien que l’instauration d’une taxe de luxe sur les voitures et les bateaux haut de gamme semble prometteuse, elle ne résout pas l’inégalité croissante des revenus au Canada. Pour y remédier, nous avons besoin d’une réforme fiscale significative. La création d’un impôt sur la fortune qui ciblerait la richesse extrême, l’annulation des baisses du taux d’imposition des entreprises et une lutte musclée à l’évasion fiscale des entreprises sont nécessaires pour rendre notre système d’imposition plus équitable.

 

Bien que le budget fédéral contienne beaucoup d’éléments, nous devons d’abord surveiller l’impact des changements annoncés sur les travailleurs. Ce budget est un pas dans la bonne direction, mais il ne va pas assez loin pour répondre aux priorités des travailleurs.